Hard Candy

Hard candy a08

 

Réalisé par David Slade (enfin, d’après le correcteur orthographique ce serait plutôt David Salade… je vais penser à me renseigner…)

 

2005 

 

Un de mes films préférés sans hésitation…

Le meilleur moyen d’apprécier le film est de ne rien en savoir, de tomber dessus par hasard. Le problème c’est que le moindre petit résumé de base que vous lirez sur ce film sur internet vous dévoile déjà un point clé qui vous gâche les 20 premières minutes. Et c’est vraiment dommage !

 

Alors avant d’attaquer, voici un résumé très…..bref ?

Hayley Stark, jeune fille de 14 ans discute sur internet avec un parfait inconnu, Jeff, 32 ans. Ils décident finalement de se rencontrer dans un café. Hayley, l’innocence incarnée, n’a pas l’air de trouver la situation gênante ni même dangereuse. Elle finit par se rendre au domicile de Jeff, en compagnie de celui-ci.

 

 

 

Voilà, maintenant zoom.

 

 

 

Si, si, zoom.

 

 

 

Zoom te dis-je !

 

 

 

SI VOUS N’AVEZ PAS VU LE FILM ET AVEZ L’INTENTION DE LE VOIR, JE VOUS DECONSEILLE DE LIRE LA SUITE (tu le sens venir le gros spoiler là??!!!!)

 

Ce que je n’ai pas dit dans le résumé lilliputien ci-dessus c’est que c’est surtout Hayley qui insiste pour aller chez Jeff. Et tout cela sans prévenir personne ; ah ben oui sinon ce n’est pas drôle.

Seulement pour l’instant, même si l’on s’inquiète pour elle (mon dieu elle a l’air si naïve !, hurle-t-on, alarmé. Bon OK, c’est plutôt : mais qu’elle est conne !), on ne peut pourtant rien reprocher à Jeff. Enfin, jusqu’à ce qu’il la laisse faire des Screw Driver (cocktail euphorisant à base d’alcool supposé – comme tous les trucs à base d’alcool - désinhiber et troubler la personne, puis la laisser avec une bonne gueule de bois). Hayley veut alors se faire photographier (ah oui, Jeff est photographe dans la vie !) et c’est durant une scène de shooting assez perturbante que Jeff tombe et perd connaissance.

 

On découvre alors un plan sur ce dernier qui se réveille, un peu embrouillé, attaché à une chaise de bureau. Hayley débarque, et là, on réalise que le danger ne vient en réalité pas de Jeff, mais de la gamine, d’ailleurs très mature pour son jeune âge.

 

Le calvaire  commence alors pour le photographe. En effet la jeune fille a bien l’intention de lui faire passer un très mauvais moment étant donné qu’elle le considère comme un pédophile ! Pour elle, il serait à l’origine de la disparition d’une certaine Donna Mauer (dont on aperçoit brièvement un avis de recherche au Nighthawk), qu’il aurait violé et tué.

Seulement, on ne sait strictement rien de ces 2 personnes, alors comment savoir ? Elle affirme cela, mais qu’est-ce qui nous le prouve ? Certes, Jeff a dragué une fille de 14 ans sur le net, mais n’a pas vraiment eu de gestes déplacés. On se demande alors, est-ce que c’est moi qui suis naïf/ve ?  Pas si sûr, car avec la progression du film on a une progression de la folie d’Hayley qui va même aller jusqu’à lui faire croire qu’elle l’a châtré (j’imagine quel moment terrible ce doit être pour un homme). Et elle a l’air tellement atteinte qu’il est difficile de croire à ce qu’elle raconte. Elle va, durant le film, jeter un coup d’œil au coffre secret et à l’ordinateur de Jeff et donner l’impression de faire des découvertes abominables; mais jamais on ne verra une seule de ces « preuves » de la culpabilité de Jeff. Tout ce que l’on verra c’est une photo de Donna Mauer devant le Nighthawk (et avec ses fringues s’il vous plaît !). Qu’est-ce que cela prouve ? Rien.

Dans les derniers moments du film, Jeff pête un câble et cherche à tuer Hayley. « Merci de m'avoir montré qui je suis ». Cette phrase prononcé par Jeff laisse perplexe : Est-ce qu'il veut dire par là qu'elle l'a mis face à ce qu'il est (c'est à dire supposément un pédophile) ou est-ce qu'en lui faisant subir tout cela elle a révélé une autre personnalité de Jeff (c'est à dire, ici, un tueur) ?

 

La confrontation finale sur le toit ne nous plonge que davantage dans l'incertitude et nous montre  à quel point Hayley est intelligente et machiavélique. On réalise alors que celle-ci avait tout prévu dans les moindres détails et qu'elle n'en est pas à son coup d'essai.

Finalement, Jeff n'a d'autres choix que de se pendre, tandis que son ex, Janelle, arrive (arrivée provoquée par la petite Hayley).

Comment Hayley va t-elle s'en sortir alors que la voisine l'a vu au domicile de Jeff ? Peu importe. Le film n'est pas construit de manière à ce que le spectateur sache quoi que ce soit de la vie des protagonistes (et ceci ni avant, ni aprés le s événements) ; seul ce qui est montré à l'écran compte.

Je pense qu'il n'y a pas une seule réponse et une seule « version » du film. Chacun se fait son avis sur ce qu'il renvoit, et pour ma part je ne crois pas que la question soit de savoir si jeff est pédophile ou non et s'il mérite ce qu'il lui arrive.

 

Un dernier mot, non pas au sujet du scénario, mais plutôt du jeu des acteurs et de la réalisation qui est à mon sens très belle. Une réalisation qui colle parfaitement à l'atmosphère avec une palette de couleurs froides, des plans sur des murs (rouges) pour les transitions entre les plans,  une caméra à l'épaule pour les scènes plus dynamiques, des plans serrés sur les personnages...

Quant au jeu  de Patrick et Ellen, il est vraiment excellent ! Ils ne sont que 2 à porter le film et n'ont donc pas droit à l'erreur. Impeccable du début à la fin.

 

UNE SCENE : Beh...la castration........ sans commentaire. 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.